Comment torréfier son propre café

Préparer et torréfier son propre café en grains - Café du Kilimandjaro - photographyAprès deux city guides d’affilée sur le sujet, je pense que je peux considérer que vous êtes à présent bien au fait de mon récent voyage en Tanzanie. Pour celles et ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de les lire, je vous y partage à la fois mon expérience des villes tanzaniennes, ainsi que mon expérience safari, tout ça accompagné d’un petit échantillon de photos capturées là-bas. Inutile de vous répéter une énième fois pourquoi ce voyage est de loin mon préféré, il y a suffisamment d’anecdotes dans ces articles pour vous en convaincre.

Si je reparle à nouveau de la Tanzanie aujourd’hui, ce n’est pas pour un troisième city guide, mais plutôt par envie de vous parler de certains souvenirs que j’ai pu rapporter. Comme vous pouvez vous en douter, j’y ai vu tellement de jolies choses, qu’en plus de ces magnifiques photos, j’ai également ramené plusieurs souvenirs qui me tenaient à cœur. Et puis quand on a le droit à 23 kilos en soute, on en profite au maximum, non ? Je vous avoue que j’avais tellement blindé mon sac à dos, que lorsqu’il a fallu le mettre sur la balance de l’aéroport, j’ai eu un léger moment de stress avant de voir s’afficher le « 22,5 kg « .

Il faut savoir que la première chose que j’adore ramener de mes voyages, avant les cartes postales et les petites mignonneries à offrir, ce sont les spécialités locales (pourquoi croyez-vous que j’aime aller en Italie ?). Je me suis donc fait plaisir, et j’ai ainsi pu ramener plusieurs kilos d’à peu près tout, à commencer par le café. Durant mon voyage, et comme je le vous racontais dans le premier city guide, j’ai pu visiter la ville de Moshi et ses alentours, y compris le village de Marangu, connu pour sa localisation proche du Kilimandjaro.

Nous y avons passé la journée, à nous balader parmi les diverses plantations locales, et pour la première fois de ma vie j’ai pu voir des caféiers. Pour tout vous dire je suis passée devant sans même me douter de la nature de cet arbre. Ce sont en fait de petits arbres, couverts de petites fleurs blanches. Ces fleurs ont une odeur très douce, me faisant personnellement penser à une odeur de miel. Ce fut une vraie découverte pour moi, alors forcément, je n’ai pas pu m’empêcher de repartir avec une bonne quantité de grains de café entiers.

Oui parce que, j’ai beau faire partie à 100% de la team « thé », il y a quelques années je ne carburais qu’au café, j’en buvais tellement que j’étais devenue une grande consommatrice, jusqu’à ce que l’effet de la caféine finisse par ne plus trop me convenir. Toujours est-il que j’apprécie toujours son goût et son odeur, et vous vous doutez bien qu’en recette, du café frais directement importé du Kilimandjaro by myself, apporte une petite valeur ajoutée.

Une fois rentrée de mon voyage, je me suis donc occupée de ces grains de café. Alors, la partie légèrement chronophage de cette préparation, a été de décortiquer les grains de café, qui étaient encore enveloppés de leur peau. C’est une étape qui prend beaucoup de temps, surtout si vous le faites seul. Mon conseil est d’inviter une deuxième paire de mains à la maison, et de lui préparer un repas bien gourmand en échange de quelques heures de son temps. Et puis si vous le faites devant quelques épisodes de votre série préférée sur Netflix, vous ne verrez pas le temps passer (et là c’est le moment où je prends le temps de remercier ma sœur pour cette soirée binge-watching/décortication de grains de café).

Mais n’ayez crainte, si vous achetez des grains de café entiers non torréfiés en magasins bio, cette étape est déjà faites pour vous, vous avez directement vos grains de café verts, prêts pour l’étape de torréfaction. Toujours est-il que, lorsque nous étions entrain de décortiquer ces grains de café, j’ai eu envie de prendre le temps d’écrire un article sur la torréfaction du café. Car le désavantage du café moulu, c’est que ses arômes se perdent rapidement. Alors plutôt que d’acheter un café déjà moulu, l’achat de grains de café verts à torréfier soi-même permet, après torréfaction, de les moudre au fur et à mesure, et par conséquent d’obtenir un café intense et plein de saveurs à chaque fois, incomparable à un café moulu à l’avance.

Ville de Moshi en Tanzanie - Afrique


Ingrédients & Ustensiles

Pour 400 g de grains de café:

  • 450 g de grains de café entiers encore dans leur peau
OU
  • 400 g de grains de café entiers verts

Les ustensiles plutôt utiles:

  • Une grande poêle
  • Un saladier
  • Un torchon propre
  • Une passoire
  • Un grand pot en verre
  • Un moulin à café

Recette pour 400 g de grains de café

Préparation des grains de café:

1 – Si vous avez des grains de café entiers verts, passer directement à l’étape de la torréfaction. Si vous avez des grains encore dans leur peau, écosser les grains de café, en leur enlevant leur pellicule jaune pâle. En prenant le temps, et à quatre mains, il a fallu un peu plus de trois heures. Il est possible qu’il reste une fine peau blanchâtre sur certains grains de café, mais celle-ci s’enlèvera après torréfaction.

2 – Une fois les grains de café verts obtenus, trier rapidement les grains si nécessaire de façon à enlever les mauvais grains.

Torréfaction et préparation du café:

1 – Dans une poêle à feu moyen, mettre vos grains de café verts à sec. Remuer très régulièrement vos grains de café, de façon à les torréfier uniformément. Les grains de café vont ainsi se colorer, et passer de la couleur verte à une couleur cannelle, puis brune et noire. J’arrête ma torréfaction quand mes grains de café ont une couleur brune très foncée, proche du noir, et que j’entends mon café se fissurer avec le même bruit que du maïs qui éclate en pop-corn à la chaleur.

2 – Si il reste une fine peau collée sur vos grains après torréfaction, mettre vos grains de café encore chauds dans un torchon propre. Fermer le torchon comme un baluchon, et frotter le contenu du torchon fortement contre une table ou à défaut entre vos mains, la peau va ainsi se décoller des grains par les frictions. Mettre les grains dans une passoire, et l’agiter de façon à faire tomber les petits bouts de cette fine pellicule, et garder uniquement les grains. Astuce : Cette étape est facultative si vos grains verts sont parfaitement propres et ne possèdent pas cette fine pellicule blanche.

3 – Mettre les grains de café dans un pot en verre hermétique, et réserver jusqu’à utilisation.

4 – Passer les grains de café au moulin, et moudre le plus finement possible. Plus votre grain est moulu, plus il sera facile d’en extraire le parfum. Astuce: Afin de conserver au mieux l’arôme des grains de café, je vous conseille de moudre vos grains au dernier moment, juste avant utilisation, et de ne pas tout moudre en avance.


Préparer et torréfier son propre café en grains - Café du Kilimandjaro - photography  IMG_0049

Préparer et torréfier son propre café en grains - Café du Kilimandjaro - photography

Préparer et torréfier son propre café en grains - Café du Kilimandjaro - photography  Préparer et torréfier son propre café en grains - Café du Kilimandjaro - photography

Préparer et torréfier son propre café en grains - Café du Kilimandjaro - photography

cropped-logo-madamcadamia1.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s